Image default
Animaux info

Images de science : Dans les Alpes, les loups chassent le mouflon


Crane de mouflons dans la neige, au croisement de deux pistes de loups. Romain Garrouste, Fourni par l'auteur

Les vallées de montagne sont des lieux souvent isolés, où vie sauvage et pastorale cohabitent. Certaines vallées font l’objet d’aménagements importants pour les sports d’hiver, dont nous connaissons les conséquences sur la vie sauvage et la biodiversité.

Depuis 2 ans, une certaine tranquillité s’est instaurée dans les vallées, exploitées ou non, et la vie sauvage a pu s’y réinstaller, notamment en hiver. Preuve en est cette scène de chasse observée en décembre, dans la vallée de Naves (entre tarentaise et beaufortain) une vallée isolée mais fréquentée en été et en hiver, vers 2200 m d’altitude et non loin d’une bergerie. Deux meutes de loups sont réputées fréquenter cette vallée, et des attaques sur des troupeaux ont déjà eu lieu. Des tirs de défense ont déjà eu lieu en 2018 et un loup y a été tué.

Lors d’une visite de cette vallée tranquille bien enneigée (neige de cinq jours), j’observais un croisement entre deux pistes animales, avec un monticule de neige. J’identifiais deux pistes de loups. J’eus alors la surprise de trouver, bien enfoui dans un tunnel de neige, une grande tête de mouflon avec des cornes spectaculaires de plus de 65 cm d’envergure. Un véritable trophée, avec un peu de chair et de poils ainsi que le début de la colonne vertébrale, que l’animal avait déplacé et enfoui à mi-pente, entre une bergerie et une piste de ski de fond. C’est un comportement courant du loup de déplacer des éléments de carcasses et de chasser en hiver où ses besoins caloriques sont élevés.

Le mouflon, une espèce de « mouton » sauvage (genre Ovis), n’est pas originaire des Alpes. Il a été petit à petit introduit au milieu du XXe siècle, sans aucune étude préalable, et pour des raisons cynégétiques plus qu’écologiques. Cette introduction a eu lieu à partir des populations préservées des montagnes corses (aujourd’hui hélas bien plus réduites), elles-mêmes originaires d’échappés de troupeaux, qui depuis le Néolithique ont accompagné les populations humaines.

Le loup par contre s’y est réinvité tout seul dès 1992, avec son retour dans le Mercantour depuis l’Italie, après plus de 60 ans d’absence sur le territoire français.

Et les mouflons, prédatés par les premières meutes du Mercantour des années 90, ont bien participé à ce succès en devenant une ressource supplémentaire disponible pour ce prédateur. Ils ont dès lors dû adapter leur comportement (fini l’absence de prédateur autre que les renards et les aigles !) afin d’échapper à ce prédateur efficace et malin. Pas toujours avec succès, comme le prouve ce crâne…

Une question irrésolue est de savoir si les deux pistes observées à Naves (empreintes de même taille et déformées par le vent) sont celles de deux individus, ou bien d’un seul revenu sur ses pas, par exemple pour enfouir, revoir ou partager sa prise avec la meute (en général quatre ou cinq individus issus d’un couple reproducteur). Interactions entre individus autour du « trophée » ou simple comportement individuel ? La science des traces (ou ichnologie) ne peut certes pas répondre à tout, mais elle aide cependant à la connaissance de la nature actuelle et passée. Ici, elle éclaire par exemple des interactions entre proies et prédateurs, alors que tous deux étendent progressivement leur aire de répartition.

Dans cette vallée tranquille, loin des bruits et autres dérangements de l’industrie des sports d’hiver mécaniques mais avec seulement des activités peu perturbantes, et si le surpâturage est évité en été, un parfait équilibre entre nature et activités humaines peut se mettre en place et perdurer. Bien entendu, cette cohabitation nécessite un accompagnement adéquat pour les acteurs de la montagne, autant pédagogique d’économique.

Ainsi, les incursions du loup (un superprédateur au rôle majeur dans la structuration des écosystèmes) peuvent s’y maintenir, comme preuve d’une certaine naturalité. Et ainsi permettre ce type d’observations assez uniques (qu’il est possible de déclarer pour permettre leur suivi), comme un contrepoint aux vallées voisines perturbées par la reprise des activités après la longue pause pandémique, et dans lesquelles la faune sauvage doit se réadapter à un certain niveau de perturbation.

The Conversation

Romain Garrouste a reçu des financements de MNHN, CNRS, Sorbonne Université, LABEX BCDiv, SU-ITE, IPEV, National Geographic



Romain Garrouste, Chercheur à l’Institut de systématique, évolution, biodiversité (ISYEB), Muséum national d’histoire naturelle (MNHN)

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons.

Autres articles à lire

Découverte : les manchots vocalisent sous l’eau

adrien

Le confinement ne profite pas à toute la faune – de nombreux animaux dépendent de nous pour leur survie

adrien

Amitiés, démence et impatience : les poissons nous ressemblent plus que nous croyons !

adrien

Covid-19 : l’analyse des génomes révèlerait une origine double du virus

adrien

Nous avons installé un microphone sur des lynx du Canada et voici ce que nous avons découvert…

adrien

En Côte d’Ivoire et en Afrique, les éléphants de plus en plus menacés d’extinction

adrien